La quête de l'équilibre

 

 

 L’essoufflant aller-retour entre la satisfaction et la fierté d’accomplir beaucoup et la honte de devoir admettre que t’as brutalement surchauffé la batterie et qu’elle clignote maintenant, menaçant de mourir.

 

 

 

La sensation qu’il manque une pièce au puzzle.

 

Une montre, un tableau, un cadran, une claque dans face?

 

Ou mieux!

 

Un beau pictogramme orange trop clair comme pour la voiture qui indique quand il faut faire le plein, tsé celui qui se met à flasher quand tu deviens trop téméraire de rouler si longtemps sur la réserve. (On aime ça l’adrénaline!)

 

 

 

Quelque chose de bien simple, car on devient souvent niaiseux de penser que de dire non c’est d’être négatif.

 

On lit des livres de pensées positives après tout! On veut être heureux la gang! Oui! Oui! Oui!

 

(Le bout du texte empreint d’autodérision! J’ai appris ça récemment, c’est amusant!)

 

 

 

 

 

Les signaux de fumée que tu ne vois pas à travers tes lunettes justement trop fumées qui snobbent les signes de ton corps, que par habitude tu ne sens plus.

 

Force, endurance ou juste une trop grosse tête de cochon et un éternel rêve de devenir superwoman?!

 

(Aucune satisfaction n’a été éprouvé en dressant ci-haut la liste des options possibles, just saying.)

 

 

 

La promesse personnelle de ne plus faire de step touch au delà des limites….de tes pieds meurtris d’être restés à 45 degrés plus longtemps que ton petit orteil en pouvait!

 

(Le bout romancé et accablant du texte…ou la façon de noter la présence de 2 belles grosses ampoules sué p’tits orteils! Quelque chose de beau, genre symétrique pis toute)

 

 

 

La boussole qui te guide quand tu perds totalement le nord de ta to do list qui ne fait que s’allonger et dont la date s’est perdue dans le calendrier. C’était peut-être pour hier?

 

 

 

Une mission qui tend vers sa fin quand tu attends l’arrivée du sommeil et souvent, quand il te voit en tournant le coin du cadre de porte, il vire de bord en disant : « Cause perdue, je serai pas capable de travailler, m’en mêle pas! »

 

(Tous les moutons sont bons à tasser quand tu dresses la liste mentale des choses importantes à faire dans l’ordre.

 

Tu veux être productif au réveil tsé!

 

On vous épargne le taux de caféine nécessaire le lendemain, juste pour daigner troquer le pyjama contre une tenue décente et convenable.)

 

 

 

La recherche de la satisfaction d’avoir bien travaillé dans le sentiment d’en avoir jamais assez fait.

 

 

 

« -Ça te tiens la tape dans le dos personnelle sur le chômage ça mon ami ! »

 

                      -Conscience aux sentiments refoulés

 

 

 

Jamais trop tard pour s’améliorer.

 

Ouf!

 

Une chance.

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Izabelle (jeudi, 03 janvier 2019 22:51)

    Triste réalité... mais comme tu dis, il n’est pas trop tard pour s’améliorer! � Lâches pas! 2019: être productive ET à l’écoute de ses limites.... beau challenge que je me lance. Apprendre à ne pas avoir peur des journée avec rien à l’agenda. It’s ok to take some time off. Et aussi c’est payant en bout de ligne car ça recharge les batteries. Pis des batteries pleines ben on aime ça; ça performe beaucoup mieux que sur le E du cadran. �

  • #2

    Francesca (vendredi, 04 janvier 2019 12:18)

    Belle prise de conscience. Mon petit doigt ne dit que je t'ai vu au bout du rouleau. Repos repos repos. Tu as accompli de merveilleuses chose en 2018. Tu feras de même en 2019 mais a une vitesse ameliorée et avec d'autre soulier ?! ( Tu aurais de belles jambes pareille dans des souliers plats �)

Contact

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.